I - Les différentes unités de Police & Gendarmerie

L’ANTIMEUTE À LA FRANÇAISE



I - Les différentes unités de Police & Gendarmerie


1 - CRS, Compagnie Républicaine de Sécurité
Il sont reconnaissables via les bandes jaunes sur les casques.

Le corps de la police nationale spécialisés dans le maintien de l’ordre. 60 compagnies dites de “service général” sont utilisés pour des actions de maintien de l’ordre dont de l’anti-émeute. Une compagnie compte en moyenne 130 policiers actifs sans compter les officiers.

Intégrer la CRS : Pour devenir CRS il faut entrer dans la police nationale par le biais de l’un de ces deux concours :

- gardien de paix (niveau baccalauréat, accessible aux personnes âgées de 17 à 28 ans)

- lieutenant de police (niveau licence, accessible aux personnes âgées de 17 à 34 ans).

Les lauréats du concours entrent en formation à l’école supérieure de la police nationale pour 12 mois dont 3 semaines seront particulièrement consacrées à l’apprentissage du métier de CRS.


2 - GM, Gendarmerie Mobile

Ils sont reconnaissables avec leurs casques bleus

Le corps de la gendarmerie nationale spécialisés dans le maintien de l’ordre. Ils ont le statut de militaire avec un entraînement plus pointus que les CRS. Elle met en œuvre 109 escadrons regroupant environ 110 militants en cinq pelotons.

Intégrer la GM : Les formations proposées sont différentes pour ceux qui possèdent déjà le baccalauréat. Il est possible de devenir sous-officier après avoir passé un concours et réalisé une formation de 12 mois en école de gendarmerie. Pour devenir gendarme mobile, il faut passer le concours de sous-officier de la gendarmerie nationale et demander une affectation en escadron de gendarmerie mobile (EGM). Pour entretenir leur professionnalisme, les unités de gendarmerie mobile suivent tous les 30 mois environ un stage de perfectionnement au Centre national d’entraînement des forces gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier (24), où les conditions d’exercice sont les plus proches possibles de celles d’engagements réels.

2.1 - Le Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM).

Pour la première fois, les autorités ont déployé dans la capitale et d’autres villes de France les véhicules blindés de la gendarmerie, les “VBRG”, Véhicule blindé à roues de la Gendarmerie. Des engins qui doivent permettre de protéger les forces de l’ordre, mais aussi de dégager les axes de circulation.

Le VBRG possède “des équipements lui permettant le contre-tir sous tourelle, le tir de grenades lacrymogènes sous tourelle, la diffusion de gaz lacrymogène”, indique le site du ministère des Armées. Certaines versions sont équipées d’une lame qui permet de dégager les axes de circulation d’éventuels obstacles et barricades, comme en témoignent ces images.
La Gendarmerie indique qu’ils sont capable de propulser du gaz lacrymogène sur «L’équivalent d’un à deux terrains de football, selon la météo». «Comparez cela avec un tir de 200 grenades lacrymogènes en 10 secondes sur un hectare».

source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupement_blind%C3%A9_de_gendarmerie_mobile

https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9hicule_blind%C3%A9_%C3%A0_roues_de_la_Gendarmerie

https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/08/face-aux-gilets-jaunes-les-blindes-vbrg-deployes-dans-paris_a_23612518/



3 - CSI , Compagnies de sécurisation et d’intervention
Les compagnies de sécurisation (renommées « compagnies de sécurisation et d’intervention » à Paris et en petite couronne parisienne), communément appelées compagnies de sécu ou CS, sont des unités de police urbaine dépendant en province de la Direction centrale de la sécurité publique, et de la Préfecture de Police pour Paris et banlieue parisienne - Wikipédia

Casque Noir avec ou sans bandes bleus

La CSI-75 compte 230 membres. 80 à 90 hommes sont en tenue, d’autres sont en civil pour agir incognito. Ils peuvent être affectés à la cellule d’identification des violences urbaines pour repérer les élément perturbateur en manifestation.

Intégrer la CSI : Seuls les policiers confirmés peuvent demander à intégrer la CSI 75. Il leur faudra alors réussir des tests physiques et psychologiques. Et être pressentis comme de futurs bons éléments : les expériences de terrain précédentes sont déterminantes.

Concours de Gardien de la paix (BAC)

3.1CSI, CDI, SI, CI

Les Compagnies Départementales d’Intervention (CDI), anciennement appelées Sections Départementales d’Intervention (SDI), et appelées Sections d’Intervention (SI) dans les petites Directions Départementales de Sécurité Publique (DDSP), sont des services opérationnels départementaux de la police nationale. Leur mission principale consiste à maintenir et à rétablir l’ordre public.

Il existe également des Compagnies de Sécurisation et d’Intervention (CSI), et des Compagnies d’Intervention (CI), qui détiennent les mêmes missions au sein de leur département, mais qui interviennent davantage dans la lutte contre la criminalité.


4 - La BAC,  Brigade Anti-Criminalité en Îles de France

C’est un service de la police nationale française. Ils sont en règle générale en tenue civile avec un brassard orange siglé « Police «  complétant la présentation d’une carte professionnelle.

Il y’a 20 BAC à Paris, 21 dans le 92, 20 dans le 93 et 17 dans le 94.  Régulièrement, la BAC est accusée de faire un usage disproportionné de la provocation et de la violence, en particulier envers les populations des quartiers populaires et lors des manifestations.


Intégrer la BAC : Pour entrer dans une brigade anti-criminalité, il faut avoir au minimum deux années d’ancienneté au sein de la police nationale après titularisation. A l’issue des épreuves, les candidats reçoivent une formation initiale spécifique obligatoire de 30 heures. Ils bénéficient ensuite d’une formation continue de 12 mois, dispensée deux heures par semaine et ponctuée d’évaluations triennales.

4.1 - BAC hors Îles de France

Il existe différents types de BAC :

BAC locale : elle est répartie par circonscription de sécurité publique (CSP), patrouillant sur une ou plusieurs communes, voire sur un arrondissement tel que les BAC d’arrondissement à Paris. Il s’agit des BAC les plus répandues, notamment en banlieue parisienne. Les Policiers des BAC locales travaillent en civil.

  • Il en existe 82 en France hors région parisienne.

BAC départementale : Dans certains départements, notamment en région parisienne, elles sont réparties par direction départementale de sécurité publique (DDSP) ou la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), elle a pour compétence la totalité du département qui lui incombe, à l’exclusion des zones attribuées à la gendarmerie.

Les fonctionnaires de police des BAC locales travaillent majoritairement en civil, au contraire de ceux de certaines BAC départementales (BAC 75N, BAC 93N, BAC D91, etc).

  • Il en existe 16 en France hors région parisienne. 

source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigade_anti-criminalit%C3%A9#Localisation_des_BAC_d%C3%A9partementales



5 - Les Brigades de recherche et d’intervention (BRI)

Communément appelées brigades antigang ou simplement l’Antigang, elles sont des unités d’enquête et d’intervention de la police judiciaire française. Déployée exceptionnellement durant la manifestation du 8 Décembre 2018 à Paris, la BRI était présente pour interpeller les casseurs et pilleurs.
Intégrer BRI : Afin de postuler pour intégrer l’antigang, 3 années de service effectif en tant que Gardien de la Paix ou gradé dans la Police nationale sont exigées. Les épreuves de sélection sont drastiques. Les candidats choisis intégreront une des 17 BRI de France. À la fin des stages dans ces centres, seuls les meilleurs seront retenus. Une bonne préparation physique, un esprit de synthèse, de la patience et du sang froid sont les qualités requises afin d’intégrer cette unité d’élite un peu à part.


6 -  L’unité Équestre de la Préfecture de Police

Créée en 1994, l’unité équestre de la préfecture de police dépend de la direction territoriale de la sécurité de proximité de Seine-Saint-Denis (DTSP 93), rattachée à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

Compétente sur Paris et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, la préfecture de police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques.

Atout majeur dans la lutte contre la délinquance, les chevaux permettent d’évoluer dans des zones difficiles d’accès aux piétons et véhicules. Leur stature imposante peut, en outre, revêtir un aspect dissuasif à l’encontre des auteurs d’infractions.

source :

https://www.liberation.fr/checknews/2018/12/08/a-quoi-sert-la-police-equestre-qui-est-intervenue-lors-de-la-manifestation-des-gilets-jaunes-a-paris_1696852


https://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Nous-connaitre/Services-et-missions/Unites-de-renom/L-unite-equestre

Using Format